10.13.2020

NISHTIAK!

 

 

Affiche réalisée pour Jules Moreau: https://www.julesmoreau.fr

Guitariste-chanteur, Jules Moreau décide en 2019 de partir découvrir la Sibérie en stop... En hiver !

Sur place, sa maîtrise de la langue russe et sa guitare sont des passeports qui lui permettent de découvrir la magie de la Russie, de Saint-Pétersbourg au Baïkal.

Il revient quatre mois plus tard la tête remplie de musique, d'anecdotes et souvenirs qu'il livre dans son récit de voyage en musique, Nishtiak ! La Russie en stop...et en musique 

Alors, à quoi s'attendre ? Ni totalement concert, conférence ou one-man show, le spectacle est à la fois tout ça. Impatient de connaître la recette du soda russe ? De plonger dans le Baïkal gelé avant de vous faire fouetter au Bania à 100° ? De découvrir des musiques punk ou traditionnelles de Russie ? Foncez !

Spectacle en cours de création

2.16.2020

Expo Tsiganes à Plouguerneau




Le Telegramme
Après des études d’arts appliqués à Brest, Rennes puis Paris, Johann Le Berre décide avec un ami de partir à la découverte des pays nouvellement entrés dans l’Union européenne. En Slovaquie, il rencontre Ivan Akimov qui, avec sa femme Helena, a créé une école bilingue romani et surtout un groupe de musique et de danse « Kesaj Tchavé » (Les enfants de la fée) avec des enfants des bidonvilles. Ce sera le sujet d’une BD « Tsiganes, le paradis des yeux » qu’il est venue présenter à la médiathèque, mercredi, en même temps que l’exposition qui lui est consacrée.
 


Ouest France
Mercredi soir, l’Armorica et la médiathèque proposaient le vernissage de l’illustrateur et auteur rennais, Johann Le Berre. À l’origine de cette exposition, Tsiganes, le paradis des yeux, sa bande dessinée-documentaire de 2017 et le spectacle des Kesaj Tchavé du 10 avril à l’Armorica.

« Sa BD reprend les chroniques du musicien Ivan Akimov qui avait découvert la richesse de la culture rom dans les bidonvilles de Slovaquie. Avec sa femme Helena, ils ont créé Kesaj Tchave, (les enfants de la fée Kesaj, en romani). C’est le nom du groupe musique et danse composé d’enfants des ghettos tziganes du nord-est de la Slovaquie, qui viendra le 10 avril à l’Armorica », présente Maryvonne Kervella, de l’Armorica.

« Johann a assuré la visite guidée de son exposition, visible jusqu’au 5 avril. S’inscrivant dans notre thématique sur la bande dessinée, elle entre en résonance avec le spectacle Kesaj Tchavé, dont le lycée Fénelon est partenaire », souligne Christine Légal.